LE GRAND SECRET DU LIEN... Immersion à la Carrière de Vignemont à Loches

Le 13 décembre 2017

Le groupe des Jeunes était au complet. Il faisait froid et certains espéraient la neige !
Dans les 750 mètres de galeries aménagées au cœur du labyrinthe d'une ancienne carrière souterraine, huit sculptures sonores de l’artiste Will Menter réalisées à partir de matériaux naturels, accompagnent de sons la découverte de l’espace. Etranges et fascinantes, en parfaite harmonie avec les lieux, elles sont animées par l’air et l’eau qui font chanter l’ardoise, vibrer la terre cuite et murmurer le bois. Elles égrènent des mélodies douces, légères ou inquiétantes, rythmées par le hasard, au gré des souffles d’air et des gouttes d’eau. Le silence absolu, une résonance exceptionnelle, un éclairage discret révèlent toutes les subtilités de leurs chants et de leurs silhouettes. Amplifié par le volume des galeries, le son s’envole et rebondit sur les parois. Une émotion intacte à qui se prête au jeu de faire silence et de ressentir l’effet que ces sons ont sur son corps et sur son esprit !
Plus loin, dans les galeries les plus anciennes de la carrière, espace habituellement interdit au public, nous avons été invités par la propriétaire des lieux à vivre l’expérience du noir absolu. Une fois les deux lampes à carbure éteintes, il a fallu accepter ce fort ressenti chargé pour certains d’une petite angoisse la première fois… Mais nous avons souhaité renouveler l’expérience et cette fois, chacun a joué le jeu du silence et du noir absolu pendant plus de cinq minutes.
La nuit était tombée quand nous sommes sortis de la Carrière et certains sons résonnaient encore en nous…

Claire Garré
Enseignante
Bénévole au Graine Centre-Val de Loire
En charge du suivi du projet "Le Grand Secret du Lien"

Pour en savoir plus sur le projet, c'est ici!

Les structures adhérentes

ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre
ombre